• Benjamin SCHMITT

Le guide du photographe de produit - Première partie

La photographie de produit est l'une des branches qui offre le plus de contrôle sur l'image au photographe.


Étant donné qu'il maîtrise l'instant et travaille dans un environnement clos (qu'est le studio photo) il a le contrôle et la possibilité de jouer sur une multitude de paramètres pour obtenir le cliché qui va mettre un produit en valeur. À contrario du photographe de sport, qui n'a pas la maîtrise de l'instant, ou du photographe de mariage qui est tributaire de la lumière extérieure.


Au quotidien, nos yeux sont submergés d’informations, notre cerveau se doit donc de sélectionner les plus importantes. En suivant les différentes règles énoncées plus bas, vous faites le choix de faire partie de cette sélection. C’est l’assurance que lorsque les yeux d’un potentiel client se poseront sur vos images, son cerveau vous allouera son attention. C’est pendant ce court laps de temps qu’il vous faudra le convaincre.


Le cadrage

Lorsque vient la problématique du cadrage, une question très importante doit se poser : Sur quels supports seront diffusées les images ? Car chaque support apporte ses contraintes en termes de disposition.

Si le support utilisé ne vous impose pas un cadrage spécifique, voici comment déterminer quelle option choisir parmi les trois possibilités qui s’offrent à vous :

  • Paysage :

Le format paysage, ou aussi dit horizontal, offre une certaine "stabilité" à l’image. Il la doit au couple grande largeur/petite hauteur. Il rend les lignes horizontales plus longues et les verticales plus courtes. Avec cette orientation, un sujet vertical laissera un grand vide à gauche et droite s’il est centré, qu’il faudra absolument remplir. Avec ce format, l’œil se déplace de gauche à droite, déplacement du à nos habitudes de lecture.


  • Portrait :

Si le paysage évoque la stabilité, le portrait rend quant à lui l’image instable. En revanche, ce dernier introduit une dynamique, notamment grâce à ses diagonales qui le traversent. Il permet aussi d’instaurer une notion de hauteur, en positionnant des éléments au-dessus des autres pour exprimer une certaine prédominance. C’est un format très utilisé, notamment dans les magazines, où l’on retrouve des images publicitaires qui remplissent la totalité d’une page. Cette fois-ci l’œil se déplace de haut en bas pour lire l’image.



  • Carré :

Beaucoup moins répandu, avec tous ses côtés de longueurs égales, le format évoque également la stabilité. Il exprime une forme de simplicité. Si vous faites appel à ce format, vous aurez moins d’espaces négatifs, c’est à dire d’espaces qui ne sont pas destinés au sujet.

Le chemin de l’œil dans ce format est circulaire, c’est à dire qu’il tourne dans le cadre et avec pour centre le milieu de l’image.



Le ratio d’image

3:2, 1:1, 16:9, 4:3 … Tous ces chiffres sont en fait le rapport entre la largeur et la hauteur. Le premier correspond à la largeur, le second à la hauteur.

À titre d’exemple les téléviseurs courants disposent d’un ratio d'image de 16:9.

Cherchez toujours à connaître le ratio d’image à utiliser sur le support publicitaire auquel la photo sera destinée. Ainsi votre composition ne changera pas. Alors que si vous composez avec un ratio et devez recouper votre image après coup, votre composition ne sera plus celle voulue.


Les perspectives

Jouer sur la perspective vous permettra de donner un tout autre aspect à vos produits. En jouant sur l’angle de champ et la longueur focale de l’objectif vous allez pouvoir accentuer ou écraser les courbes de vos produits :

Le fait de zoomer ou dézoomer a une forte influence sur les déformations des lignes sur vos photos. La distorsion est due à la construction de votre objectif. Par exemple, si vous prenez une photo avec une Gopro, l’angle de prise de vue sera très grand mais cela aura pour conséquence des distorsions très prononcées. On se rend vite compte que ce qui devait être droit ne l’est plus.

Représentation schématique du rapport entre la longueur focale et l’angle de champ

Vous voulez retrouver des lignes droites sur votre appareil photo ? Vous n’avez qu’à zoomer, mais il y a fort à parier que vous ne pourrez plus rentrer tous les éléments dans le cadre.

Or quand vous photographiez des produits dans un studio, vous avez la main sur tous les paramètres pour jouer sur les perspectives : Vous voulez écraser les lignes ? Vous n’avez qu’à zoomer, et si le produit ne rentre plus dans le cadre, vous n’avez qu’à reculer.


Trois clichés réalisés dans l’ordre avec une longueur focale courte, moyenne et longue

Les trois images ci-dessus du même objet mais avec des longueurs focales différentes (compensées en reculant par rapport au sujet) montrent parfaitement les déformations dues à l’objectif. Si vous ne les remarquez pas au premier abord, vous n’avez qu’à comparer la forme du pot de fleur, bien plus évasée sur la première image que sur la troisième. Sur cette dernière, les lignes presque verticales tendent à devenir parallèles.


La hauteur

Jouer sur la hauteur, et donc sur le point de vue, permet de situer le potentiel client, qui regarde la photo, par rapport au produit. Positionnez le produit en hauteur par rapport au point vue, et il en dégagera une certaine importance, et inversement.

Il va de même lorsque vous croisez quelqu’un qui est plus grand que vous, vous devez lever les yeux. En revanche si vous croisez un enfant, de plus petite taille que vous, vous en venez à baisser les yeux. Ce rapport instaure une hiérarchie entre votre produit et votre potentiel client.



















Campagne publicitaire de la marque d’eau Waater


Pour continuer la lecture rendez-vous sur l'article de la deuxième moitié du guide de la photographie de produit. À tout de suite !